Élection provinciale 2014

Voyons, voyons ! Vous êtes aveugles ou quoi ?

Après presque quarante ans de conscience politique, je sais à présent que le problème n’est pas le ou la candidate en particulier. Pour moi, le temps l’a prouvé, tous les partis sont des partis d’intérêts. Le problème, et bien que cela ait toujours existé, c’est le marasme électoral, le favoritisme et l’escroquerie dans lesquels NOUS avons laissé tomber notre société. Les maux précédemment identifiés amplifiés par la vision exclusivement mercantile des grandes entreprises.

Une solution à cette dégénérescence démocratique ? J’y vois certainement un futur difficile pour nos enfants… Sauf que la vraie solution, selon moi, est encore et toujours l’investissement dans notre système d’éducation. Une Éducation sérieuse, forte et bien réfléchie avec des valeurs humaines inculquées dès le primaire produirait des citoyens plus responsables, plus solides intellectuellement et, surtout, moins influençables.

Si nous ne pouvons changer les adultes d’aujourd’hui (cela semble un truisme supplémentaire), agissons de sorte que nos enfants deviennent des citoyens dignes d’une société qui se tient debout.

Mais, à mon grand dam, c’est le paradoxe que cache notre situation. Comment faire pour modifier un système gouvernemental qui a tout fait depuis quarante ans pour affaiblir l’intellect du citoyen moyen ?

On ne demande pas le pouvoir, dit-on, on le prend. C’est le même principe pour le changement ou l’amélioration des choses, on ne le demande pas, on le fait. Aurons-nous cette force ?

 

C’était l’opinion d’un nobody – Constant Vanier

Publié le 8 avril 2014.

Retour à la liste des articles…